La Zoothérapie

Cette année, j’ai eu l’occasion d’organiser un groupe d’échange entres jeunes autour de la thématique animale. Pour se faire, j’ai proposé à une association de médiation animale du coin de venir co-animer avec moi ! Me voilà donc face à un groupe de 12 jeunes, accompagnée d’un comportementaliste animalier formé à la médiation et d’un chien, de deux cochons d’inde et de deux gerbilles. Une équipe de choc !

Nous avons passé deux heures à discuter ensemble de ce que nous apportaient nos animaux de compagnie au quotidien, à faire des exercices avec l’animal, etc… Sans s’en rendre compte, la plupart des jeunes présents se définissant comme « timides » et « introvertis » ont parlé d’eux naturellement aux autres, se confiant sur leurs émotions, leur vécu. Ceux qui avaient très peu confiance en eux ont été capable de faire des exercices avec le chien devant le groupe, sans gène et avec fierté. Ainsi donc et durant cette parenthèse de deux heures, ils se sont découvert autrement.

Enrichie par cette nouvelle expérience, j’ai eu envie de vous présenter plus précisément ce qu’était la médiation animale ! Et pour cela, j’ai contacté une spécialiste qui a eu la gentillesse de répondre à toutes mes questions.

 

zootherapy

Diplômée de psychologie clinique (spécialisée en Accompagnement des Troubles cognitifs et socio-cognitifs, des Inadaptations et des Exclusions) à Clermont-Ferrand en 2015, Laurène Dufournaud entame en 2017 un Diplôme Universitaire de Relation d’Aide par la Médiation Animale.
C’est grâce à ses diverses expériences, notamment lors d’accompagnement d’enfants autistes durant des séances d’équitation adaptée, qu’elle a pu constater les effets bénéfiques des animaux sur les hommes. Elle a donc naturellement souhaité se former afin de proposer cette approche à ses patients et nous parle aujourd’hui de sa pratique !

 

Vous pouvez retrouver la page Facebook Professionnelle de Laurène Dufournaud ICI !

 

Qu’est-ce que la médiation par l’animal ?

Il s’agit d’une méthode de travail qui s’appuie sur les liens naturels existant depuis toujours entre les hommes et les animaux. La médiation animale désigne la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle de l’animal avec l’homme, dans les domaines éducatif, thérapeutique, social ou de recherche. Ainsi, l’animal est placé auprès d’un public fragilisé afin de lui apporter un mieux-être, un éveil sur différents plans : psychique, cognitif, physique, psychosocial et émotionnel.

Zoothérapie et médiation animale, est-ce synonyme ?

En effet, ces deux termes réfèrent à la même pratique. « Zoothérapie » est le terme d’origine utilisé dans les pays anglophones, et « médiation animale » est le terme français. Si ce terme a été modifié c’est aussi car le terme « thérapeute » ne peut être utilisé que par les professionnels ayant le titre de thérapeute. Par exemple, un psychologue faisant de la médiation animale peut se dire « zoothérapeute », mais une éducatrice spécialisée ou une animatrice ne le pourront pas.

Quel type d’animaux peut-on rencontrer ?

Toutes les espèces peuvent être utilisées en médiation animale. Les plus classiques sont le chien, le cheval, les Nouveaux Animaux de Compagnie (cochon d’inde, lapin nain, chinchilla…), les chats et les ânes. Mais nous pouvons aussi rencontrer des oiseaux, des cochons, des chèvres, des poules… il y aurait même des débuts avec certains insectes !

Toutefois, tous les animaux ne peuvent pas être médiateurs. En effet, les animaux sont sélectionnés selon leur caractère, leur comportement, et doivent être bien éduqués. Il est donc possible de travailler avec son chien de famille s’il réunit tous ces critères et en réalisant une évaluation comportementale chez un vétérinaire formé. Pour un projet en établissement, l’association « HandiChien » peut remettre des « Chiens d’accompagnement social », formés et éduqués à la médiation animale.

Est-ce du travail pour eux aussi  ?

Il s’agit aussi d’un travail pour l’animal puisqu’il doit rester concentré et répondre aux sollicitations de son maître ainsi que des bénéficiaires durant la séance. Mes chiens sont donc souvent fatigués après une journée de travail mais je vois aussi qu’ils prennent beaucoup de plaisir à être stimulés. Il est donc important de bien connaitre son animal et d’être attentif à son comportement pour respecter son rythme ! Ainsi les temps de travail sont à adapter en fonction du chien. Le fait que l’animal prenne une pause quand il le souhaite fait travailler la patience de l’enfant et développe le respect de l’animal.

Puis-je en bénéficier si j’ai peur des animaux ? Des contre-indications ?

Tout à fait ! La peur des animaux est souvent associée à leur méconnaissance. La médiation animale aura alors pour but de mieux comprendre le comportement de l’animal afin de réduire l’appréhension. En cas de phobie l’animal n’interviendra pas directement, mais plutôt en dernière étape d’une thérapie cognitive et comportementale (par exemple pour s’exposer progressivement à l’objet phobique).

En cas d’allergie malheureusement la médiation animale est à proscrire avec l’animal concerné.

Dans quel contexte recommande-t-on la médiation par l’animal ?

La médiation animale peut être proposée à n’importe quel âge, des bambins aux personnes âgées. En effet cette approche se retrouve de la crèche jusqu’à la maison de retraite !

La médiation animale peut apporter une aide aux personnes souffrant d’un handicap physique ou psychique, d’une déficience intellectuelle, d’une démence, d’autisme, de trisomie, de Trouble Envahissant du Développement… ou aider à la réinsertion sociale, aider des difficultés scolaires ou simplement lors d’un moment de vie difficile.

Son intérêt est différent pour chacun, selon l’âge, la pathologie éventuelle et l’histoire de vie. Les objectifs sont donc variables et personnalisés. Il est possible de travailler sur l’estime de soi, les troubles du comportement (impulsivité, agressivité, apathie…), les habilités sociales, les émotions, la motricité, le respect, etc. Toujours selon les objectifs définis, les séances peuvent avoir lieu en individuel ou en groupe (restreint et homogène).

La médiation animale peut se faire au domicile du bénéficiaire ou en institution (EHPAD, IME, SESSAD, ITEP, CER, …).

Quels sont les effets de cette méthode ?

De plus en plus d’études scientifiques démontrent les effets bénéfiques des animaux sur les hommes. Des bénéfices ont été retrouvés sur de nombreux facteurs. Les plus récurrents sont l’estime de soi, l’anxiété (le simple fait de caresser un animal permettrait de diminuer la tension artérielle et la pression sanguine), les fonctions cognitives, la motricité/coordination, la communication, et les troubles du comportement. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’il est possible que la personne ne soit pas réceptive et que la médiation animale ne soit donc pas efficace. 

Pour chaque bénéficiaire, des objectifs individuels sont définis (avec l’équipe pluridisciplinaire et/ou avec la famille), les séances sont donc adaptées en conséquence et évaluées régulièrement (par observation et/ou tests standardisés).

La médiation se fait en parallèle d’un autre suivi (thérapeutique/soin) ou est-elle suffisante seule ?

La médiation animale intervient comme une aide supplémentaire dans la prise en charge globale (médecin, kiné, psychologue…) mais n’est pas un soin à elle toute seule. Là où parfois l’homme atteint certaines limites, l’animal peut apporter une nouvelle proposition intéressante, en jouant ce rôle de médiateur entre le professionnel et le patient. Je trouve que cette citation de Levinson résume parfaitement cette idée :

L’animal ne se nourrit pas d’attentes idéalisées envers l’homme. Il l’accepte pour ce qu’il est et non pas pour ce qu’il devrait être

Qu’est-ce qu’une séance type, son déroulement ?

Lorsqu’une demande de médiation animale m’est adressée je débute toujours par une séance sans l’animal pour faire connaissance, discuter de la problématique et des objectifs. Puis la deuxième séance, selon chaque cas peut avoir lieu avec une peluche avant de débuter réellement avec l’animal. J’utilise souvent la peluche avec les enfants, pour observer le comportement de l’enfant et être sûre que je ne mets ni l’enfant ni mon animal en danger.

Les premières séances sont donc axées sur la sécurité en travaillant la compréhension de l’animal et le comportement à adopter.

De façon générale, les séances suivantes peuvent se composer ainsi : temps de retrouvailles avec l’animal (que s’est-il passé depuis la dernière séance, pour la personne et pour l’animal / rappel de ce que nous avions fait la dernière fois / explications sur le déroulement d’aujourd’hui), temps de travail qui va dépendre de l’objectif fixé (promenade / parcours, caresses / brossage, éducation / apprentissage, jeux de réflexion, jeux de balle…), fin de la séance (amorcer la séparation en faisant une caresse et en donnant une friandise).

Il est difficile de prédire un nombre de séances à l’avance. Les institutions fixent souvent le nombre en fonction de leur budget. Dans l’idéal ce point est à réévaluer constamment en fonction de l’évolution plus ou moins rapide du patient.

Pour ma pratique, une séance en individuel dure 45 minutes et peut aller jusqu’à 1h30 en groupe. J’ai fixé les tarifs en me basant sur mon activité de psychologue. Les prix sont donc de 50 euros pour une séance en individuel puis le prix varie en groupe, selon le nombre de personnes et la durée. Je sais que les tarifs dépendent beaucoup des régions.

Qui peut faire de la médiation animale ?

La médiation animale vient le plus souvent en complément d’une activité professionnelle de base. En effet, il semble indispensable de connaitre les pathologies des personnes que nous allons prendre en charge. Ainsi, ce sont souvent les professionnels du domaine médical ou paramédical qui se forment à cette pratique : psychomotricien, kiné, psychologue, médecin, animatrice, infirmière…

Cette approche n’étant pas encore réglementée il existe plusieurs formations possibles : le Diplôme Universitaire (DU) qui sera diplômant (RAMA ou Relation Homme-Animal) ou des formations privées (Agatea, Institut Français de Zoothérapie, Présence Animale…) qui seront sûrement plus formatrices au niveau pratique mais non diplômantes.

 

Petit Plus !

Pour illustrer ce qu’est la médiation animale, voici une vidéo qui l’aborde mais en institution cette fois !

24 commentaires

    • Line Mourey

      Cest vrai qu’ils nous donnent beaucoup ! Le chien est un formidable compagnon de vie, plein d’amour, de dévotion, d’acceptation et très attentif au bien être de son maître. Quand notre moral n’est pas au top,nous les voyons qu’ils nous collent un peu plus que d’habitude !

  1. Coucou, c’est Maoi 🙂 Je viens de lire ton article et je ne savais pas que je pouvais faire autant de bien. Après, c’est vrai que je suis gentil avec tout le monde et qu’il suffit d’un bisou ou de ma queue qui frétille pour voir naître un sourire sur le visage des gens.
    Même les enfants du quartier m’aiment bien … comme je fais mes dents, maman a dit non à un petit garçon qui voulait me faire un câlin, il est reparti tout triste. S* (pour ne pas le nommer) m’a surnommé « sa ptite bulle de bonheur » Du coup maman va faire attention de ne plus lui faire de la peine 🙂

  2. Je suis ravie de découvrir ton blog et je te remercie encore pour ton commentaire. Je ne connaissais pas du tout la médiation animale et je t’avoue que ça m’intrigue beaucoup. Lorsque je suis triste ou que je suis malade, mon chat vient souvent se poser vers moi ou encore ronronner et cela me fait énormément de bien.
    J’ai vécu une période assez difficile à la fin de mon adolescence, j’avais beaucoup de mal à gérer mes émotions et du mal à me confier. Et j’aurais beaucoup aimé connaître cette méthode, je suis sur que cela m’aurais aidé 🙂
    En tout cas, je vais te suivre de près, je trouve ton approche très ouverte et comme tu le dis complémentaire avec la naturopathie !

    A très bientôt,
    Audrey

    • Line Mourey

      Bonjour Audrey et merci pour ton partage d’expérience !

      J’ai pu faire ce même constat avec mes animaux. Ils captent nos émotions et nous rassurent par leurs présences, se sont de vrais compagnons de vie !
      La médiation animale est très intéressante lorsqu’on éprouve des difficultés à verbaliser son mal-être et que la relation avec un thérapeute en « face à face » est compliquée. L’animal est un « tiers » sur lequel on peut s’appuyer, que l’on peut caresser, on se sent accepté par lui sans condition (bienveillance). Grace à lui, il est bien souvent plus facile de parler de soi 🙂

      A bientôt alors !

  3. J’adore les animaux, et le simple fait de passer ne serait-ce que 5 minutes avec eux me détend énormément ^^ Je pratique l’équitation, et c’est LE moment le plus attendu de ma semaine, une parenthèse durant laquelle je ne pense qu’à moi et mon cheval, bref, c’est juste indispensable pour moi qui suis une grande stressée 🙂 Merci pour tous ces articles très intéressants, et bon dimanche à toi 🙂

    • Line Mourey

      Merci pour ton témoignage très enrichissant !
      L’équitation doit être LE moment ressourçant de la semaine, je comprends qu’il soit attendu de pied ferme 😉
      D’ailleurs, un article sur l’équithérapie est en cours…

      Bonne journée !

  4. Très interessant cet article. Les animaux apportent beaucoup. Une source inépuisable d’amour de tendresse, de fidélité et d’écoute. Ils apaisent et aident à dés tresser, il en faudrait dans toutes les maisons de retraite, les crèches, partout, ils ont leur place.
    Merci de ton commentaire sur mon blog. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *