COVID-19: comment rassurer les enfants ?

Depuis quelques jours maintenant, le gouvernement a annoncé la fermeture des écoles, des universités et de la majorité des entreprises. Ainsi, parents et enfants se retrouvent confinés chez eux, pour une durée pour le moment annoncée à 15 jours.

Ces mesures aussi brutales que temporaires plongent une grande partie de la population dans une angoisse diffuse. Si les adultes ont parfois les mots pour le dire et ont des ressources pour y faire face, les plus jeunes ont bien du mal à verbaliser leur anxiété, leur incompréhension et se retrouvent plus démunis.

Cet article est donc à destination des parents de jeunes anxieux et de professionnels étant en contact avec eux. Comment expliquer le COVID19 et le principe du confinement aux enfants ? Comment les rassurer ?

RECONNAITRE L’ANXIETE DES ENFANTS

Pour les enfants de moins de 6 ans :

L’anxiété à cet âge-là va plutôt se manifester par des troubles de l’humeur (irritabilité, colère, pleurs), une pertubation de l’appétit, des nuits agitées (cauchemars, réveils nocturnes, endormissement difficile, des angoisses de séparation (se coller aux parents) et une certaine régression (au niveau du langage, de la propreté).

Pour les enfants de 6 à 12 ans :

Nous retrouvons des points communs comme les troubles de l’humeur (irritabilité, colère, agressivité), la pertubation de l’appétit et du sommeil et les angoisses de séparation. Nous pouvons également ajouter des symptômes psychosomatiques (maux de tête, de ventre, etc), une perte d’intérêt pour les activités habituellement plaisantes et une difficulté à se concentrer (fréquent oublis).

Les adolescents de 13 ans et plus :

Là aussi, nous retrouvons quelques éléments de similitude comme la perturbation du sommeil et de l’appétit, des symptômes psychosomatiques ainsi que des troubles de l’humeur. Nous pouvons également soulever l’apparition de ruminations et de préoccupations, une tendance à l’isolement mais aussi une certaine agitation motrice ou à l’inverse, une baisse d’énergie.

Si vous remarquez un changement d’attitude et de comportement de la part de vos enfants, c’est possiblement le signe d’une anxiété.

LA COMMUNICATION

Face à la fermeture des établissements scolaires et au confinement, il est nécessaire pour les adultes de s’exprimer sur ces mesures inhabituelles et de les expliquer aux plus jeunes.

Vous pouvez alors :

  • Vous réunir dans un lieu sécurisant et proposer un espace de parole à ceux qui le désirent. Si les enfants ne sont pas prêts à dialoguer sur ce sujet, ne forcez rien.
  • Vous pouvez ensuite commencer à aborder les divers thèmes (pandémie, maladie, confinement) avec des mots simples et compréhensibles pour tout le monde.
  • Laissez vos enfants rebondir sur le sujet et essayez de percevoir ce qu’ils ont compris de la situation.
  • S’ils ont des questions, répondez de manière claire, simple et corrigez les fausses idées en vous appuyant sur des sources fiables.
  • Rassurezles sur le fait qu’ils sont en sécurité à vos côtés, à la maison et que si un proche tombe malade, des professionnels formés sauront intervenir au plus vite pour les guérir.
  • Insistez sur le fait que cette situation est temporaire.
  • Les enfants ressentent le stress de leurs parents, il est donc intéressant de verbaliser vos propres émotions, sans tomber dans le débordement émotionnel. Parlez de votre stress, de votre peur, tout en apportant des éléments rassurants, des solutions. Cela aura pour effet de les inviter à verbaliser leurs propres sentiments, leurs propres inquiétudes et d’être soulagé. Reconnaissez leurs émotions et leurs réactions comme légitimes et ne les banalisez pas.

REDUIRE LE STRESS DES ENFANTS

Dans l’ensemble, offrir un espace de parole libre à vos enfants aura déjà pour effet de diminuer d’un cran le stress. Vous pouvez aussi dans un second temps limiter les expositions aux informations anxiogènes relayées par les chaines d’informations ou les réseaux sociaux ainsi que leurs proposer de garder un lien avec leurs amis ou d’autres membres de la famille (téléphone, visio, mail).

émotion des enfants

Si vous sentez votre enfant particulièrement anxieux, aidez-le à identifier ses émotions et à les verbaliser grâce à la roue des émotions. Pour se faire, partez du centre de la roue et essayez de trouver l’émotion principale qui l’habite. Puis dans un second temps, concentrez-vous sur le cercle suivant afin de trouver ce qui est à l’origine de cette émotion.

EX : – Qu’est-ce que tu ressens ?
Je ressens de la peur.
Qu’est-ce qui est à l’origine de cette peur ?
– Je me sens en insécurité et anxieux.

En tant que parents, vous avez, à ce moment là, accès aux besoins de votre enfant. Si je reprends mon exemple, il a besoin de rassurance et de baisser son niveau d’anxiété.


A lire aussi: Les cartes des besoins


Pour diminuer la peur, vous pouvez :

La peur et le stress surviennent lorsqu’on pense ne pas maitriser la situation. Ecoutez les peurs de votre enfant, ses inquiétudes et tenez un discours rassurant. Prenez une par une ses craintes et apportez des solutions. Il s’agit de faire ensemble de la « résolution de problème ».

Si votre enfant à peur de tomber malade ou que vous tombiez malade, rassurez-le sur les actions que vous allez mettre en place pour demander de l’aide et obtenir une prise en charge.

Pour diminuer l’anxiété, vous pouvez :

Reconnaitre et valider les pensées, émotions et les réactions de votre enfant. Elles sont en effet, légitimes et donc importantes. Ne les banalisez pas, ne les dramatisez pas, au risque d’augmenter son stress ! Reconnaissez-les comme étant normales et naturelles.

Discutez ensemble de la manifestation physique de cette émotion, de son moyen d’expression (mal au ventre, pleurs, gorge serrée, etc). Ensuite, questionnez votre enfant sur ce qu’il a déjà mis en place pour diminuer cette sensation désagréable (est-ce que jouer fait baisser le stress, parler à des amis, lire ?). Il s’agira d’apprendre à votre enfant à trouver des ressources pour faire face aux éléments anxieux.

EXERCICE DE RELAXATION A FAIRE EN FAMILLE

relaxation
  1. Installez-vous de manière confortable et placez votre main sur votre ventre.
  2. Inspirez en gonflant votre ventre sur 3 temps.
  3. Retenez votre respiration sur 3 temps.
  4. Puis expirez sur 6 temps.
  5. (Si cela est trop compliqué pour les enfants, faites une inspiration de 4 temps, une pause d’une seconde puis une expiration de 5 temps).

La réponse opposée au stress est la relaxation. En utilisant la respiration contrôlée, vous serez de plus en plus détendu.


A lire aussi: Stress & astuces antistress


ORGANISATION DU QUOTIDIEN

En outre, la routine du quotidien va jouer un rôle essentiel dans la gestion de l’anxiété. Tout ce qui est habituel est rassurant ! C’est pourquoi il est important de ne pas trop changer vos habitudes et de ne pas focaliser toute votre vie sur le COVID19 !

Vous pouvez:

  • Planifiez des moments scolaires, des moments de jeux et d’activité physique.
  • Maintenir les horaires habituels concernant l’heure des repas et du coucher tout en gardant une alimentation saine et une bonne hygiène de vie.
  • Essayez de rendre vos enfants de plus en plus autonomes en leur confiant diverses tâches ménagères à effectuer selon leur âge. Valorisez-les !
  • Leur faire apprendre les gestes barrières.

En résumé, même si vos loustics ont tendance à l’oublier, nous ne sommes pas en vacances. Les parents sont très sollicités, tant sur la plan professionnel que scolaire, et il est primordial de prendre soin de vous aussi !

8 commentaires

  1. Coucou,
    Merci pour tous ces bons conseils !
    Ma Puce n’a pas l’air trop inquiète et mon bébé ne se rend pas trop compte.
    Il faut dire que nous avons la chance de vivre dans une maison et d’avoir un jardin.
    De plus, nos journées sont bien occupées.
    Espérons qu’on arrive vite à bout de ce virus !
    Bonne soirée et à bientôt

  2. coucou !
    Bah écoute ici, pour ma part ca me rebooste un peu, pourtant comme je l’ai dis sur mon blog ca ne change pas grand chose à ma vie ! Par contre, je me dit que je dois être en forme pour aider et faire comprendre nos besoins que la vie n’est pas 1 et mais bel et bien 1 +1 !

  3. Dom

    Je ne suis plus une jeune maman avec de jeunes enfants (!).
    Toutefois, je trouve cet article essentiel pour accompagner les parents dans ces situations exceptionnelles et éviter ainsi trop d’erreurs comportementales.
    Nous avons la chance aujourd’hui de bénéficier d’une telle aide.
    Utilisons la ! Et merci à la rédactrice !

  4. Hello,
    Si on a des enfants, il est important de faire attention aux médias : la TV peut être très anxiogène car en ce moment c’est H24 sur le sujet. Il y a aussi internet qui entrent en jeu où les infox y sont nombreux. Bref, il est donc préférable d’en discuter afin de voir comment est perçue la situation en fonction de chaque enfant .
    Belle journée

  5. Merci pour cet article très complet 🙂 j’ai une fille de 5 ans qui comprend très bien ce qu’il se passe. J’évite pour la protéger d’allumer les chaînes d’info anxiogènes quand elle est dans la pièce . C’est vrai que le temps commence à être long surtout pour les enfants qu’il faut occuper mais tout cela sera bientôt derrière nous enfin je l’espère 😃

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *