Comment devenir psychologue ?

Ce n’est un secret pour personne, j’ai toujours voulu être docteur des soucis !

unicornAvant cette prise de conscience, je suis passée par les phases classiques « vétérinaire », « princesse » et « actrice/chanteuse »  mais ça m’a très vite lassée… Du moins, j’ai plutôt bien intégré un principe de réalité: mes limites ! Je n’avais pas de sang royal, n’avais pas le talent nécessaire pour devenir artiste et une flemme certaine de faire 7 ans d’étude post-bac malgré tout l’amour que je porte aux animaux (surtout que les maths et la biologie n’étaient pas mes matières préférées).

Lycée

Je me suis donc naturellement dirigée vers un bac général, filière Economie et Sociale (Bac ES) et je me suis investie dans différents projets personnels à côté. J’ai notamment fais du bénévolat dans une association et j’ai pu accompagner quotidiennement une personne souffrant d’Alzheimer ainsi qu’un enfant déficient auditif. Ces expériences m’ont permis de travailler sur mes capacités d’écoute et d’adaptabilité. Elles ont également éveillé ma sensibilité concernant la compréhension du fonctionnement humain, ce qui a renforcé mon envie de devenir psychologue.

  • Pour entrer dans une faculté de psychologie, un bac général vous sera demandé. Il n’y a pas un bac mieux qu’un autre pour entamer ses études dans cette filière.
Université

Une fois à l’université, on est parti pour 5 années d’étude ! 3 ans de licence et 2 ans de master sont nécessaires pour obtenir le titre de psychologue. Et rappelons-le: seules les universités et les écoles privées de psychologues praticiens de Paris ou de Lyon desservent ce titre protégé !


A lire aussi: les psys, comment les distinguer ?


Licence:
Durant les 3 premières années d’étude, l’étudiant assistera à des cours théoriques lors de cours magistraux et  de travaux dirigés puis aura la possibilité de réaliser des stages de courte durée. Il aura pour matière l’étude de la psychologie sociale, cognitive, déveleppementale, clinique, psychopathologique,… mais aura également des cours de statistique, d’informatique et de langue étrangère ! Au cours de la licence et à la fin de celle-ci, il sera demandé aux étudiants de choisir leur spécialisation (psychologie clinique / psychologie du développement / psychologie sociale / psychologie cognitive, etc…) et de postuler dans des universités qui proposent le master correspondant à leur projet professionnel.

Ex: Après une licence de psychologie généralistej’ai souhaité m’orienter en psychologie clinique. Je dû alors rechercher tous les masters de psychologie clinique de France, regarder leurs spécialités  (psychopathologie / enfant et adolescent / famille / gériatrie, etc…) et candidater afin d’en intégrer un. Il faut parfois déménager pour faire le master de son choix !

facMaster:
Une fois sa spécialité déterminée en fin de licence, l’étudiant en psycho candidate donc dans différentes facultés pour intégrer un master. Depuis peu, la sélection d’entrée se fait dès la fin de la licence 3 (auparavant, il se faisait en fin de Master 1). La sélection d’entrée en master est rude car il y a beaucoup d’inscrits et très peu de places disponibles. Il faut donc avoir le meilleur dossier possible et bien préparer son oral pour se distinguer des autres candidats. Une fois admis dans le master de votre choix, il reste 2 années d’étude partagées presque équitablement entre des cours théoriques et des stages. Et c’est à la fin du master 2 que l’étudiant obtient son titre de psychologue.

Débouchés

C’est bien connu, la psychologie est une filière sous tension (surtout en psychologie clinique) et l’insertion professionnelle n’est pas évidente. Les temps pleins dans une même structure et les CDI sont difficiles à obtenir, il faudra parfois cumuler plusieurs temps partiels… rien n’est impossible avec de la détermination et un bon réseau ! La plupart des offres d’emploi se font par du bouche à oreille, d’où l’intérêt de rester en lien avec sa faculté, ses professeurs, ses anciens référents de stage afin de rester à l’écoute d’opportunités professionnelles ! De plus, certaines zones géographiques sont plus saturées que d’autres, être mobile est un avantage !

Concernant maintenant le salaire des psychologues, on est bien loin du fantasme du psy obsédé par l’argent. En fait, le salaire d’un jeune psychologue sans expérience est très variable. Cela dépendra de son secteur d’activité (structure publique ou privée / statut d’employé ou profession libérale) et de son ancienneté. L’estimation la plus basse serait d’environ 1300 euros net / 1600 euros brut par mois (temps plein) pour un psy en début de carrière.

work

0 Partages

10 commentaires

  1. Coucou 😊. Je n’ai pas eu le sentiment de difficulté particulière pour les Master mais j’ai fait mes études tardivement. Psychologue clinicienne, art thérapeute et actuellement Doctorante en éthologie,.. j’ai quand même décidé de ne rédigée qu’un seul blog.
    A bientôt. Bon dimanche.

    • Line Mourey

      Piouf, beau CV ! C’est inspirant ! 😀
      Et un seul blog pour réunir tout ça, chapeau !

      A mon époque, la sélection d’entrée en Master 2 pro était fin M1 et je me souviens qu’il y a avait environ 600 à 800 candidatures (master clinique), 100 personnes convoquées à l’oral et 15 admises. Après, il y avait aussi moins de concurrence pour intégrer le master recherche ! Tout dépend je pense du choix de son master (clinique, cognitive, sociale, etc…), de la taille de la ville et de son choix « pro ou recherche » 🙂

  2. Bonsoir!
    J’ai une amie de lycée qui a fait ses études de psycho à la fac de Montpellier. A l’époque, je me rappelle que c’était difficile pour elle de garder le moral car il y avait énormément d’étudiants eu début pour peu d’élus…
    Aujourd’hui, elle se régale dans son boulot!

  3. Merci pour cet article. Je ne veux pas devenir psychologue mais c’est intéressant de voir le parcours (que mon psy m avait déjà un peu expliqué). Bravo en tous les cas au psychologue de faire ce boulot car franchement c est pas évident.

    • Line Mourey

      Merci Maud pour ce commentaire !
      Nombreux sont les boulots pas évidents (ça dépend d’ailleurs où on place la difficulté), l’important est de ne jamais rester seule quand la situation devient trop complexe à gérer 😉 Et c’est un métier passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *