La sophrologie

Petite, j’accompagnais ma grand-mère paternelle à ses séances de sophrologie. Je devais avoir moins de 10 ans et je me souviens de la salle de gymnase, de tapis de sol, d’environ 20 personnes autour de nous et surtout… des ronflements de ma mamie, bien apaisée !
De ces séances de sophrologie, j’en garde assez peu de souvenirs mais mes oreilles se souviennent de ceci :

Vous montez la colline avec vos bagages très lourds. Puis une fois en haut, vous laissez vos bagages et redescendez… plus léger…

Parfois je faisais les exercices de visualisation, parfois j’observais le groupe. Bon, ok, j’étais un poil dissipée à l’époque mais c’était d’agréables moments. Cette expérience m’a donné envie plusieurs années après de faire des séances individuelles de sophrologie… mais je vous en ferais part dans un prochain article « j’ai testé pour vous la Sophrologie » !

 

mind

 

Aujourd’hui nous allons aborder cet outil grâce à Delphine, sophrologue ! C’est sur ma route et par un heureux hasard que je fis sa rencontre. L’occasion était trop belle ! Je n’ai pas pu résister à l’envie de lui poser une multitude de questions sur sa pratique et elle a eu la gentillesse de se prêter au jeu…

 

sophromumAprès un BTS Communication des Entreprises, Delphine a décidé de se consacrer à sa famille dès la naissance de son premier enfant. C’est d’ailleurs durant sa première grossesse qu’elle découvre la sophrologie et son potentiel ! C’est donc tout naturellement que Delphine s’est lancée dans une formation de sophrologie professionnalisante à l’Institut de Formation à la Sophrologie (de Catherine Aliotta) et qu’elle a également suivi des cours spécialisés en périnatalité.

Retrouvez Delphine, alias Sophromum, sur son site internet : www.sophromum.fr

 

Qu’est-ce que la sophrologie ?

conscienceCréée en 1960 par un neuropsychiatre espagnol, Alfonso Caycedo, elle s’inspire de plusieurs techniques occidentales et de pratiques orientales. La sophrologie est une thérapie brève à travers laquelle on recherche l’harmonie entre le mental et le corps. Il s’agit d’une méthode uniquement verbale / absolument non tactile (il n’y a pas de contact physique entre le professionnel et la personne qu’il reçoit) qui permet de retrouver du bien-être au quotidien. Elle permet également de développer son potentiel, à travers ses ressentis, grâce à des mouvements / exercices doux associés à la respiration contrôlée et grâce à des visualisations positives.

 


Quel est l’objectif de la sophrologie ? 

Les possibilités sont vastes voire illimitées… J’ai été formée à 4 grands types d’accompagnement, la plupart des problématiques que toute personne peut être amenée à rencontrer au cours de sa vie peut être accompagnée par la sophrologie.

  • L’amélioration du quotidien : cet accompagnement permet d’aider les personnes à gérer un stress ou une anxiété passagère dans le but de se sentir mieux au quotidien. On « traite » ainsi des problématiques telles que le stress au travail, les problèmes de sommeil en général, l’accompagnement à la grossesse, …
  • La préparation mentale : comme son nom l’indique, ce type de suivi permet de se préparer mentalement à un événement particulier, avec une date ou une échéance précise. C’est grâce à cet accompagnement que l’on va pouvoir se préparer au mieux à un examen (permis de conduire par exemple), à un accouchement, à une représentation ou une prise de parole en public, à une compétition sportive, …
  • L’accompagnement d’un traitement médical : on met en place cet accompagnement pour aider les patients à gérer leurs douleurs liées à la maladie ou aux traitements, mais aussi pour les aider à garder un état d’esprit positif et serein face à l’épreuve de la maladie. Celui-ci ne peut être réalisé qu’en complément d’un suivi médical. Encore une fois, les applications sont plus que nombreuses : cancer, rééducation, dépression, acouphènes, … La sophrologie s’avère être un vrai plus en complément des traitements médicaux.
  • L’accompagnement d’un comportement pathologique : on cherche ici à accompagner les personnes qui souhaitent être aidées à gérer une pulsion ou une phobie. Comme pour l’accompagnement d’un traitement médical, ce type de suivi ne s’effectue qu’en complément d’une prise en charge adéquate du client par ailleurs (psychologue, médecin, …). A nouveau, on côtoie dans ce type de suivi toutes sortes de problématiques : addictions en tous genres (tabac, drogue, médicament, troubles alimentaires, …), phobies (agoraphobie, peur de l’avion, …), …

Néanmoins, la sophrologie a bien évidemment ses limites : elle ne peut tout simplement en aucun cas se substituer à un traitement médical ou à un suivi adapté dans le cas d’un comportement pathologique. Par ailleurs, un sophrologue ne peut pas vous garantir que vous atteindrez l’objectif fixé en début de parcours, mais vous travaillerez ensemble afin de mettre toutes les chances de votre côté pour ça.

 

Comment fonctionne la sophrologie ? 

aware

L’efficacité de la sophrologie repose principalement sur le pouvoir de la visualisation. Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui se passe réellement et ce qui est imaginé. L’impact de la visualisation est augmenté par le changement de niveau de conscience, entre veille et sommeil, car dans cet état dit « sophroliminal » la conscience est plus ouverte. Les barrières mentales étant moins résistantes et le pouvoir de concentration amplifié, la possibilité d’activer ou d’inhiber certaines sensations est bien présente.

 

Comment se déroule une séance ?

En termes d’organisation, en suivi individuel comme en groupe, une séance dure de 45 minutes à 1h15 environ et est composée de 3 temps :

  • Un temps d’échange (un peu plus long lors de la première séance mais plus court les fois suivantes)
  • Un temps de pratique avec à chaque fois une intention précise qui rapproche le client de son objectif
  • Et un dernier temps d’échange au cours duquel ce dernier peut faire part de ses ressentis au sophrologue, s’il le souhaite, suite au temps de pratique.

Côté fréquence, un rendez-vous par semaine est ce qui se pratique habituellement. C’est en général l’idéal pour faciliter l’intégration du travail accompli en consultation. Afin d’optimiser les séances, je conseille aux personnes de refaire chez eux, entre deux visites, les exercices vus ensemble. Cela leur permet de se les approprier au quotidien et participe pour beaucoup également à l’intégration du travail effectué en séance.

Enfin pour ce qui est de la durée globale d’un suivi en sophrologie, je travaille pour ma part la plupart du temps sur des protocoles de 8 à 12 séances environ. Compter 50€ par séance en consultation individuelle et entre 10€ et 15€ pour des séances de groupe (une douzaine de personnes environ), mais les tarifs varient nettement entre les grandes villes et les zones plus rurales.

 

A quel moment consulter un professionnel ?

Dès lors que l’on se sent concerné par l’un des 4 grands types d’accompagnement évoqués plus haut ! On accompagne vraiment en sophrologie un spectre très très large de problématiques.

Le seul « pré-requis » est une vraie motivation : la pratique régulière est la clé de l’efficacité !


A qui est-ce destiné ?

enceinteA tout le monde, dès 3-4 ans ! Les séances sont bien sûr un peu plus courtes pour les enfants mais la sophrologie est vraiment un outil idéal pour eux car on va se servir au cours des séances de leur univers (leurs dessins animés favoris par exemple) ce qui en fait une pratique très ludique !

Mon maître mot dans ma pratique est l’adaptabilité : chaque exercice est pensé pour s’adapter à la personne que je reçois, tout peut-être exécuté en fonction de ses propres capacités. On peut même aller jusqu’à pratiquer les relaxations dynamiques par la pensée (dans le cas d’un handicap par exemple), l’efficacité sera au rendez-vous !


Comment trouver le bon praticien ?

Le premier réflexe à avoir est le classique bouche à oreille, on peut ainsi se référer aux conseils d’un proche ou aux recommandations d’un professionnel (médecin, sage-femme, kinésithérapeute,…). Une fois le sophrologue choisi, l’idéal est de prendre contact avec lui pour poser toutes les questions qui vous semblent importantes. Cela permet également de voir si l’on se sent à l’aise au premier contact. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à changer de professionnel, même en cours d’accompagnement, si le besoin s’en fait ressentir.

Il est également possible de se renseigner sur la formation suivie par le sophrologue, qui aura forcément un impact sur sa pratique. Il peut être utile de vérifier les références de l’école en question, et de regarder si elle délivre un titre de sophrologue de qualité. Pour ma part, je prépare actuellement mon oral pour la Certification Professionnelle de Sophrologue enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles pour 2018 !

A titre d’information, actuellement un sophrologue n’a pas l’obligation de disposer d’un diplôme pour exercer. Mais il existe tout de même cette certification professionnelle reconnue par le Ministère du travail appelée Titre RNCP. A vous donc de voir si ce critère est important dans votre choix !

 

Petit plus !

Pour découvrir la sophrologie, Delphine vous propose une séance gratuite en ligne : Cliquez ici !

Mot de passe : sophromum

 

26 commentaires

  1. Hello !
    Je trouve ton article super intéressant !
    J’ai beaucoup entendu du bien de cette pratique pour ma part j’ai fait de la méditation et de la visualisation ce qui marche vraiment mais vraiment bien sur moi !
    Merci de cette belle interview, je t’embrasse et belle journée !
    Marianne

    • Line Mourey

      Bonjour Marianne !

      La méditation et la visualisation sont de formidables outils aussi ! Il est important que chaque personne trouve les méthodes qui lui correspondent. Entre sophrologie, médiation, hypnose, et j’en passe, il y en a pour tous les goûts et tout le monde ! 😉

  2. On entend parler de sophrologie par ci par là, et je dois dire que je ne m’étais jamais penché sur le sujet, je n’ai jamais vraiment cherché ce que ça pouvait être, etc.
    Et ton article répond à toutes les questions que j’ai pu me poser 🙂

    Ça a l’air super intéressant comme méthode. Pour mes problèmes de dos, j’ai testé pas mal de choses. La prochaine est l’hypnothérapie puisqu’il y a un gros blocage psychologique derrière mes douleurs, mais si le résultat n’est pas optimal, il est certain que je me dirigerai vers la sophrologie 🙂
    Je suis une adepte des médecines douces, alternatives etc, puisque j’étudie moi-même la Médecine Traditionnelle Chinoise.

    En tout cas, je te remercie pour cet article 🙂

    • Line Mourey

      Hello ! Merci pour ton commentaire !

      De quoi en as tu plein le dos ? 😀
      Je me permets de faire de l’humour à ce sujet car ton commentaire soulève des points très intéressants, à la croisée des thérapies ! Selon les approches choisies, tu trouveras certainement des réponses ! Chaque forme de thérapie apportera un nouvel angle de lecture, complémentaire avec une autre. Cela me fait penser à l’article sur l’énergétique d’ailleurs…

      L’hypnose peut être un outil formidable ! Mon prochain article de janvier traitera de cette thématique !

      Ps: si jamais tu souhaites par la suite nous parler de tes études et ta pratique, je serais heureuse de mettre en lumière la médecine traditionnelle chinoise !

  3. Elodie

    Génial ton article! J’ai fais quelques séances de Sophro en individuel il y a quelques années, j’ai adoré! La femme que je voyais est une femme formidable! Ça m’a permis de faire un vrai bond dans ma vie!
    Je recommande !

    • Line Mourey

      Merci Élodie ! Delphine a fait du merveilleux travail avec cette interview 😀

      Je vois d’après les commentaires que la sophrologie a séduit pas mal de monde ! C’est un outil formidable. Et encore merci pour ton retour d’expérience !

  4. Il se trouve que j’ai fait de la sophrologie lors de ma première grossesse. Cela m’a fait tellement du bien lors de mon accouchement. J’en garde un souvenir merveilleux d’autant que la femme qui faisait les séances était tellement sympathique. ^^

  5. Merci pour cet article super complet !
    J’avais eu l’occasion de tester la sophrologie à un moment dans mes études et j’avoue que ça m’a fait beaucoup de bien , ça change de la psychanalyse traditionnelle .
    merci pour ton passe sur le blog 🙂

    bon dimanche
    marilyne

  6. Bonjour Line,
    Merci pour cet article très intéressant. J’avais fait une séance de sophrologie il y a une petite dizaine d’années et à l’époque, j’avais vécu la séance de manière très violente. J’étais en colère et triste, et j’avais du me rendre à l’évidence: ça ne m’avait pas convenu du tout. Aujourd’hui, la psy que je vois est aussi sophrologue et j’accueille beaucoup mieux cette pratique. Je me suis ouverte à la méditation entre temps et je pense que ça a aidé. Il ne faut pas renoncer à la sophrologie parce que la pratique ne nous a pas aidé une fois. Je préfère la voir comme un outil qui sera en mesure de m’aider à avancer, à certaines périodes de ma vie. Très beau week-end !

    • Line Mourey

      Un très grand merci pour ton retour Manon !

      La sophrologie est un outil formidable. Mais c’est vrai qu’il faut l’utiliser dans de bonnes conditions: quand on est prêt et quand on se sent en confiance avec le thérapeute qui nous accompagne dans notre cheminement. Toujours s’écouter et aller à son rythme ! Et je trouve ça génial d’avoir accepté de retenter l’expérience plus tard 🙂

      A bientôt !

    • Line Mourey

      Bonjour Pauline !

      Passer par un pro permet de faire des exercices de sophrologie « ciblés » sur le problème que tu rencontres, c’est davantage personnalisé et cadré !Les débriefings avec le thérapeute permettent de faire un point sur où tu en es, ton avancement et les changements que tu souhaites voir 😉 C’est un véritable accompagnement.

      Cependant rien ne t’empêche de faire quelques exercices chez toi ! Et pourquoi pas débuter par la vidéo d’initiation gratuite de Delphine qui se trouve en bas de l’article ? Tu nous diras ce que tu en penses ! 🙂

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *