Le Pass Santé Jeunes

Le Pass Santé Jeunes arrive en 2017 !

Le 6 décembre 2016, l’Assemblée nationale adoptait le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2017. Ce qui signifie que pendant les 3 prochaines années, nous allons expérimenter le remboursement des consultations chez un psychologue en libéral. Ce dispositif concerne les jeunes de 6 à 21 ans et sera effectif dans 3 régions dans un premier temps (Ile de France, Pays de la Loire et Grand Est).

Bien être, c’est être bien.

C’est un droit et un devoir, envers soi, envers les autres

 

Pourquoi les 6-21 ans ?
D’après les experts, 10% des adolescents et des étudiants seraient en souffrance psychique. Ce mal-être peut se manifester sous plusieurs formes : anxiété, solitude, angoisse, troubles alimentaires, phobie, déscolarisation, suicide… Les 6-21 ans vivent une étape clé de leur construction identitaire, il est donc primordial de mettre en place un dispositif d’accompagnement si cela est nécessaire.
Passant leurs journées dans des établissements scolaires, c’est l’équipe pédagogique qui est le premier témoin du malaise des jeunes et il est donc nécessaire qu’elle travaille en réseau avec des professionnels de la santé.

Comment en bénéficier ?
Pour pouvoir en bénéficier, il faut qu’un médecin généraliste, un médecin scolaire, un pédiatre ou un psychologue scolaire évalue la souffrance psychique de l’enfant, de l’adolescent ou du jeune adulte en question. Une fois l’évaluation faite et en fonction de ses besoins, le professionnel va orienter le jeune et sa famille auprès de psychologues libéraux.

Combien de temps dure la prise en charge thérapeutique ?
Le « Pass Santé Jeunes » offre la possibilité aux jeunes de 6 à 21 ans de rencontrer un psychologue clinicien en libéral, gratuitement. Pour cela, il dispose d’un forfait de 10 séances, encadrées par 2 séances de bilan sur une durée d’un an.

Quel est l’objectif de ce « Pass Santé Jeunes » ?
L’objectif principal de ce dispositif est de permettre une prise en charge rapide du jeune en souffrance afin d’éviter de sur-médicaliser ces situations.

Intervenir précocement et orienter vers des psychologues cliniciens libéraux permet de :

– De neutraliser les difficultés rencontrées par le jeune avant qu’elles s’installent dans la durée et qu’elles conditionnent son développement.
– Désengorger les structures publiques de pédo-psychiatrie (CGI, CMPP, CMP, etc…) trop surchargées. Effectivement, le temps d’attente avant de pouvoir obtenir un rendez-vous peut prendre plusieurs mois, la durée des consultations est souvent écourtée et ces établissements sont destinés à accueillir les situations extrêmement complexes et les troubles sévères.joie

Pour en savoir plus sur ce dispositif, je vous invite à lire « le plan d’action en faveur du bien-être et de la santé des jeunes ».


PRECISION:

La loi est parue, mais pas encore le décret ni les arrêtés. Nous devons donc malheureusement nous armer de patience afin d’en savoir plus sur les modalités de mise en place de la loi.

6 commentaires

    • Line Mourey

      Tout à fait ! C’est pour ça que je suis ravie de voir que le gouvernement tente de bousculer un peu les choses ! Les CMP sont saturés, il est nécessaire de faire quelque chose pour qu’un maximum de personnes désirant un accompagnement psychologique à moindre frais puisse en bénéficier !

    • Line Mourey

      Malheureusement, l’information n’a pas tellement été diffusée et relayée et c’est bien dommage. D’où l’intérêt de communiquer dessus via un blog et de partager l’info au maximum ! J’espère que cette nouvelle pourra aider quelques uns de vos élèves.

  1. Je n’avais pas suivi si c’était passé ou pas, mais je suis contente que ça le soit! J’espère que cette mesure fera avancer les choses sur la considération de la santé mentale, que je trouve aussi importante que la santé physique…:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *